Jo Wilfried Tsonga : Le Tennisman Annonce Qu’il Sera Papa pour la Première Fois !

0

C’est le moral au beau fixe que le tennis­man français arrive au Masters 1000 de Paris-Bercy. Deux raisons à cela : ses dernières bonnes perfor­mances aux tour­nois de Shan­ghai et de Vienne et surtout l’an­nonce de la gros­sesse de sa campagne Noura ! Oui, le numéro 13 mondial va être papa au prin­temps prochain.
Il le dit, en est même persuadé, “oui“, sa future pater­nité prévue pour le prin­temps peut le rendre plus fort en 2017. Une formi­dable nouvelle d’un point de vue tennis­tique si l’on consi­dère que Novak Djoko­vic et Andy Murray ne perdent plus un match depuis qu’ils sont deve­nus père.

Mais en atten­dant éven­tuel­le­ment de succé­der à Yannick Noah en mai prochain sur l’ocre de la terre battue de Roland Garros, Jo-Wilfried Tsonga le sait, un enfant, “ça renverse certaines prio­ri­tés“. Alors comme il vient de le confier au jour­nal L’Equipe, il se prépare à devoir “faire des choix“ dans sa saison. Peut-être au détri­ment de l’équipe de France et de la Coupe Davis : “C’est évident que je ne vais pas pouvoir faire une année où je ne serai pas auprès de Noura et la lais­ser gérer cela toute seule“, souligne-t-il à l’évo­ca­tion du rendez-vous de Yannick Noah et ses hommes avec le Japon pour le premier tour, en février prochain.

Car prio­rité à la famille désor­mais ! Et si Noura El Swekh, sa compagne aussi discrète que ravis­sante lui donne des ailes depuis plusieurs années main­te­nant, l’ar­ri­vée d’un bébé pour­rait bien enfin lui permettre de les déployer tota­le­ment.

“Je suis presque convaincu que pour moi, cela va être quelque chose de très posi­tif et que ça va me donner encore plus envie de bien faire. (…) Ce qui est sûr, c’est que ça ne va pas enta­mer mon envie sur les tour­nois où je serai présent. Les deux sont vitaux pour moi. Avoir un enfant, c’est quelque chose dont j’avais envie depuis toujours. » Et Jo-Wilfried Tsonga d’avouer, plus loin : “Aujourd’hui, on peut dire que je suis comblé.“

Alors la nais­sance de son premier enfant sera-t-elle un déclic, peut-être celui qu’il lui faut pour enfin décro­cher le graal d’un titre en Grand Chelem ? “En tout cas, répond-il, depuis que je suis au courant, j’ai l’impres­sion que tout va dans le bon sens. Quand on commence sa carrière, il n’ y a souvent que le tennis qui compte. Mais avec la matu­rité, on se rend compte que la vie est faite de plein d’autres belles choses et qu’il n’y a pas que la victoire qui prime sur tout. Pour ma part, main­te­nant c’est le bien-être qui prime. Bien sûr, parfois, le bien-être passe par une victoire, mais aussi par une nouvelle comme celle-ci.“

Souhai­tons désor­mais qu’au fur et à mesure que la vie arron­dit le ventre de sa bien-aimée, le Manceau de 31 ans monte dans le clas­se­ment jusqu’à pourquoi pas, la victoire finale au mois de mai prochain à Roland Garros sous les yeux de sa femme et de son bébé, un moment dont il a toujours rêvé.

Avec Gala.fr

 

Commentez

comments

Comments are closed.